La présidence des USA a changé, Jo Biden a été élu au détriment de Donald Trump. Ce changement n'impactera pas la vie politique française mais il reste intéressant de suivre l'évolution sociale américaine à laquelle, d'après les derniers résultats électoraux, les américains aspirent. Ce changement semble donner raison à Obama et fait de ce dernier un président qui comptera pour les américains. On ignore ce que fera Jo Biden, on le dit tendant vers ce que nous appelons en France l'extrême-gauche mais je crois cette posture opportuniste. 

Aujourd'hui, les pays impliqués dans la guerre de 1914 à 1918 sur le sol européen fête l'armistice. En réalité, seuls les politiciens et les chefs d'Etat concernés font encore l'effort d'une commémoration. En France, j'ai noté à ma grande surprise que certaines municipalités ne font même plus l'effort d'un dépôt de gerbe devant l'hôtel de ville. Arpajon où je suis restée domiciliée pendant 2 ans s'est contentée comme Versailles où je suis revenue l'année dernière, ville de 85.000 habitants tout de même, de pavoiser la grille de la mairie. 

N'ayant jamais été très "commémo" moi-même, je me rends compte aujourd'hui de l'abandon total du devoir de mémoire qu'on attend des élus. Certes les anciens combattants susceptibles de porter les couleurs ont disparu, mais il reste ceux de la seconde guerre mondiale et je m'étonne de leur absence sur le terrain. Fut un temps où .... Bref. Macron fait le job, tout comme le président américain entrant et le sortant mais on se demande. C'était pourtant aujourd'hui l'armistice d'une guerre mondiale qui a fait des millions de morts en Europe mais on verra plutôt des manifestations pour d'autres crimes de guerre que pour rappeler que si nos états sont encore debout, ça n'a pas été sans y laisser beaucoup de sang dans leur terre. La raison de ce désengagement est sans doute, d'ailleurs, moins dans une volonté de tourner la page que dans un changement de population notable en France où les communautés deviennent trop importante pour s'intéresser même à la marge à ce qui a fondé notre pays, chacun venant dans notre pays pour le business et moins pour la mémoire. Je pense que dans moins de 50 ans, il est possible qu'il ne subsiste même pas un cimetière d'anciens combattants et que des kebabs s'installent jusque dans la cour du château de Versailles ou la cour carrée du Louvre.