FLACON DE VERRE

Beurre réparateur à la mûre sauvage

IMG_20180812_113110

Mon soin de jour Sorbet de Dior terminé, j'ai dû me remettre à la confection de mes propres soins de jour par économie et aussi parce que sur la fin ce sorbet coûteux ne me valait plus rien. Après quelques essais infructueux et un été caniculaire il me fallait un soin vraiment réparateur vite absorbé par l'épiderme. J'ai trouvé une bonne pioche avec une recette glanée sur le site Aroma-Zone légèrement modifiée, qui convient à ma peau déshydratée mixte sèche. 

A base d'huile végétale de noix du Brésil, je la testerai prochainement avec une huile végétale d'amande douce dont la fragrance naturelle sera moins prononcée. La photo en ligne du soin proposé par Aroma-Zone montre un soin crémeux, j'ai obtenu un sorbet presque parfait dû possiblement au fait que j'ai conditionné la crème dans le pot en verre de Dior.

 

IMG_20180812_113127

Voici la recette du beurre tendre réparateur aux céramides végétales :

- 22,6 grammes d'huile végétale de noix du Brésil

- 10 grammes d'hydrolat de tilleul bio + 8 grammes d'eau d'Evian

- 6,3 grammes d'émulsifiant Olive Douceur

- 1 grosse goutte de Céramides végétales (à faire chauffer dans son flacon)

- 10 gouttes de fragrance Mûre Sauvage

- 7 gouttes de conservateur Cosgard

 

Dans un bol propre on chauffe au bain-marie ou à basse température au micro-ondes l'huile végétale et l'émulsifiant ensemble, et dans un autre bol propre l'hydrolat de tilleul et l'eau minérale. La phase huileuse est à émulsionner au mini fouet, lorsqu'une mousse blanche se forme on ajoute la phase aqueuse qui doit être à même température. 

La crème prend en 3 minutes, on plonge le bol dans un bain d'eau froide et on ajoute la grosse goutte de céramides végétales, puis la fragrance et enfin le conservateur. On transvase le tout dans un pot en verre de préférence. Le soin, un beurre tendre, peut être utilisé dès le lendemain. 

Le soin est d'une belle couleur crème fraîche. Le parfum "fruits secs" des noix du Brésil est couvert par la fragrance Mûre Sauvage mais il en reste quelque chose d'où mon intérêt pour l'option huile végétale d'amande douce la prochaine fois. Aujourd'hui je suis satisfaite de ce beurre tendre qui soulage la déshydratation due à la canicule et aux piqûres de moustiques. 

 


Un pont trop loin

En 2010, il m'arriva quelque chose d'assez spécial. Je travaillais en intérim pour le groupe hôtelier Louvre-Hôtels lorsque je reçu l'appel d'un type très nerveux qui se présenta au téléphone si rapidement que je ne compris pas son nom. N'insistant pas, je lui répondis que le directeur n'était pas disponible et lui demandais ses coordonnées. Le type refusa de me les laisseer et devint excité, me demandant agressivement qui j'étais, m'accusant de complicité avec ceux qui ne voulaient pas lui parler. L'appel commençant à dériver, pour le calmer je lui donnais mon nom et lui affirmais parce que c'était la vérité que personne ne pouvait lui répondre parce qu'il n'y avait personne au bureau excepté moi-même. Mon nom eut l'air de le calmer, ça m'inquièta plutôt. Il me demanda de regarder la télévision car il allait y avoir des nouvelles de Roquebrune-sur-Argens, je lui répondis que je faisais mon programme moi-même et que je n'avais pas la  télévision et nous en restâmes là.

Après coup, pensant que j'avais affaire à un désespéré je parlais de l'appel à mon collègue revenu à sa place en lui disant que je n'avais pas compris le nom à rallonge de mon interlocuteur. Mon collègue me répondis : ah, Dupont de Ligonnès ! en souriant. Le voyant prêt à ne pas me laisser finir mon histoire, je le coupais en lui expliquant que le type était excité. Mon collègue se mit à me raconter la vie de Dupont de Ligonnès, m'expliquant de long en large et en travers tous ses déboires familiaux et professionnels. Revenu des Etats-Unis, il faisait le client mystère pour Louvre-Hôtels pour arrondir ses fins de mois tout en affirmant qu'il était un agent de la DGSI. Parallèlement à toutes ces activités, il tentait de monter un fichier d'adresses qui avait pour nom "la route des commerciaux". Le créneau étant déjà pas mal encombré et manquant de compétences à défaut d'idées, il n'avait pas réussi à percer et était en difficulté avec une de ses amies à qui il avait emprunté de l'argent. La fille le lui réclamait et il était à court d'expédients. Décidément disert, mon collègue acheva le portrait en détaillant l'histoire du foyer de Dupont de Ligonnès m'expliquant que son épouse avait eu un enfant qui n'était pas de lui, que ses enfants avaient été si bien gâtés qu'ils n'en avaient aucune reconnaissance et que son train de vie était devenu si lourd à gérer qu'il empruntait de l'argent partout et était poursuivi par ses créanciers. 

Complètement éberluée par le déballage de vie privée d'un tye que je ne connaissais ni d'Adam ni d'Eve, l'intérim exigeant discrétion et effacement, d'un coup l'idée me vint que le monde professionnel avait dû changer sans moi pour avoir à absorber une telle avalanche d'indiscrétions. En fait, je n'avais jamais travaillé dans l'hôtellerie, je me croyais dans un service technique tout à fait ordinaire c'était une erreur de ma part. Au bout de 15 minutes, mon collègue finit de tailler le costume de Dupont de Ligonnès en m'expliquant que ce dernier était aux prises avec une affaire judiciaire le concernant, l'amie à qui il avait emprunté de l'argent le poursuivant il l'avait menacée et elle avait demandé la protection de la police.

A ce stade, je sursautais car lors de ma précédente mission d'intérim j'avais travaillé dans une société de construction dont l'assistante de direction avait été arrêtée 1 semaine et était sous la protection de la police pour avoir été menacée par un de ses ex sans que j'en ai su plus de détails. Je sus l'affaire par une des personnes pour lesquelles je travaillais qui à la faveur d'une pause café m'avait raconté sur le ton de la confidence une semaine plus tôt qu'elle  était persécutée par son ex qui lui devait de l'argent et qu'elle était sous la protection de la justice. Une semaine plus tard, toute émotionnée elle me racontait que l'assistante de direction était arrêtée en maladie car elle avait été menacée par son ex et mise sous la protection de la police. Je ne manquais pas de lui faire remarquer que la semaine précédente elle m'avait racontée la même histoire en la rapportant à elle-même et lui demandais quelle version était la bonne, elle m'avoue qu'elle m'avait menti et qu'il s'agissait de l'assistante du directeur. Je me pinçais pour y croire, n'ayant jamais été confrontée auparavant dans un milieu professionnel exigeant à des mythomanes de ce calibre et en tailleur. Le patron de la société de construction n'était pas moins intéressant que son assistante car il avait dirigé un chantier sur lequel j'avais effectué une mission d'intérim et dont il s'était fait licencié après avoir subi une campagne de harcèlement. Faisant le lien entre cette mission et la suivante, je me décomposais comprenant qu'il s'agissait de la même femme et que l'ex était ce Dupont de Ligonnès. 

Pour mettre un terme à la laborieuse histoire de mon collègue qui contait d'une manière incroyable la vie d'un type qu'il aurait dû conserver pour lui à mon sens, après qu'il m'eut expliqué les difficultés familiales liées au foyer recomposé de Dupont de Ligonnès dont j'appris qu'il était originaire de Versailles où j'étais moi-même domiciliée ce qui accrut ma suspicion d'un coup de Trafalgar imaginant qu'il n'était pas impossible que le Dupont en question eut des amis bien placés au moins dans cette ville préfectorale, pensant m'en tirer par une pirouette ou épuisée par cet interminable discours je lui rétorquais que j'avais vécu dans un foyer qui présentait la même configuration et que si mon pauvre père nous avait noyés comme des petits chats, du paradis où je me serais trouvée je ne lui en aurais pas voulu une seconde vu la tournure des évènements. Un peu vacharde en effet mais n'imaginant pas la suite des évènements, je lui expliquais que si son fils aîné ne marquait guère de reconnaissance et ses enfants pas plus d'appétence que ça au travail au moins pour se faire de l 'argent de poche et le soulager, il y avait peu de chances qu'ils s'amendent compte tenu de leur âge. 

Une semaine plus tard, revenant du courrier à l'étage, je vis dans un duo le pilote technique et un type très agité qui brandissait les poings, l'air hagard et visiblement lancé dans une explication qui ne semblait lui attirer que des moqueries. Jetant un coup d'oeil appuyé pour m'assurer que le pilote ne recevait pas un coup de cet illuminé en chemise à carreaux, je vis le pilote dire quelques mots à son interlocuteur qui se tourna vers moi en se dépliant. Ignorant complètement de qui il s'agissait de dos, je le vis de face se détendre en une fraction de seconde et me regarder avec un air sadique comme s'il tenait à portée de fusil une bête à abattre, le sourire grimaçant. Je compris immédiatement que le pilote de l'opération m'avait présentée et qu'il s'agissait dudit Dupont de Ligonnès. Pas froussarde généralement, à ce moment-là j'eus une peur dingue. Le type était fou et ça se voyait. Je fonçais dans mon bureau et interpelais mon collègue en lui disant que je venais de voir quelque chose qui s'apparentait à Dupont de Ligonès. Ma remarque eut l'air de faire tilt car ma collègue qui était en congés au moment où mon collègue me racontait la vie de Dupont de Ligonnès se tourna vers lui pour lui faire signe de ne pas en dire plus. Ne m'en laissant pas compter bien que j'appréciais ma collègue je lui lançais que le type avait l'air d'un dangereux désespéré et que si la firme n'avait pas d'emploi à lui offrir il valait mieux se débarrasser de lui rapidement car il semblait prêt à tout.

Ma mission se terminant, on m'en proposa une seconde dans une autre société du groupe au même endroit qui dura quelques semaines de plus puis je tournais la page de l'hôtellerie. Du moins le croyais-je, l'actualité me rattrapant puisque toute la famille Dupont de Ligonnès fut retrouvée enterrée avec le chien sous la terrasse de leur maison à Nantes, Dupont de Ligonnès lui-même en fuite, repéré à Roquebrune-sur-Argens on ne retrouva jamais son corps. François Hollande dépêcha 600 gendarmes en début de mandat pour retrouver sa trace, en vain. La presse détailla avec force détails tout ce que je savais déjà et publia une photo de Dupont de Ligonnès prise selon la presse devant un distributeur à Roquebrune-sur-Argens dans les 3 jours qui suivirent le drame qui ne manqua pas de m'interpeler profondément. L'homme que j'avais vu s'était entièremment rasé la tête, je me demandais comment ses cheveux avait pu pousser aussi longs et aussi noirs alors que sa tonsure montrait qu'il était déjà à demi blanc de chevelure. Je me suis demandée longtemps ce qui avait poussé ce type à trucider ses enfants et sa femme tout en espérant que mon collègue n'avait jamais eu l'occasion de lui rapporter ce que je lui avais dit à propos des petits chats. Selon la presse la police est venue enquêter au sein du groupe après la découverte de cette tuerie, à laquelle je n'ai fort heureusement pas été mêlée ayant donné mon conseil largement en amont je n'avais rien à voir avec cette histoire.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par flacondeverre à 22:30 - - Permalien [#]
Tags :

Lancaster, des sacs pour l'été





Constance bleu

Toujours pas décidée à reprendre mes recettes de soins de beauté maison, je continue mon shopping industriel sans honte. Il me fallait deux sacs à main pour remplacer mon vieux Tanneur qui avait donné tout ce qu'il pouvait. Je me suis tournée vers Lancaster dont j'apprécie la solidité et le choix des lignes. Les cuirs pleine peau coûtant la peau du dos, je me suis rabattue sur des cuirs lisses et vernis un peu plus fantaisies. J'ai pris deux sacs cabas, un dans la ligne Constance bleu à empiècement blanc et l'autre dans la ligne Camelia de couleur noire.

J'aime bien les deux si je préfère le Camélia plus pratique avec son rabat et ses deux poches à glissière. Les deux ont quantité de poches intérieures très pratiques et sont doublés.

Camelia noir

Les deux étaient présentés avec deux bandoulières complètement inutiles qui doivent coûter au moins 20% du prix du sac et qui ont fini dans le bas du placard. 

La teinte bleu est un peu fragile, il aurait été préférable de conseiller de passer une crème de soin sur le produit pour éviter les marques avant l'averse. Avec un peu d'huile de coude la teinte a repris ses couleurs mais j'ai été à deux doigts de le ramener au point de vente Lancaster ! 

Lancaster n'a pas beaucoup innové depuis au moins l'année dernière, on retrouve en boutique les mêmes lignes et les mêmes teintes notamment le rose poudré et le pastèque qui ont fait un peu leur temps à mon avis. Je reste toutefois fidèle à la marque tout en déplorant l'envolée des prix qui me ramène tout droit vers la concurrence étrangère et notamment les produits italiens.

Je profite de ce billet pour saluer mes lectrices et mes lecteurs à qui je donnerai bientôt davantage de mes nouvelles, mon blog social est fermé mais je créerai une rubrique spéciale sur mon blog Flacondeverre à cette fin.

Posté par flacondeverre à 23:04 - Permalien [#]
Tags :

Hydra Life de Dior, un baume au coeur de mauve

Dior est à l'honneur donc avec son baume Hydra Life hydratation rescue intense à la mauve conçu pour les normales/sèches choisie après avoir testé en échantillon la formule fresh hydratation sorbe peaux normales/grasses que j'ai rejetée pour son adjonction d'AHA peu recommandables en plein soleil. Le prix du produit est élevé, autour de 60,99 chez Marionnaud mais seulement 59 € chez Dior comprenne qui pourra €  pour 50 ml de baume.

IMG_20180402_114747

IMG_20180402_114734

Je ne saurais dire quelle quantité de mauve y est intégrée. Il s'agit selon Dior d'infusée de mauve, je n'ai jamais vu d'huile essentielle de mauve d'ailleurs et lorsque je prépare une lotion visage à base de mauve j'utilise toujours un hydrolat de mauve. Pour information l'hydrolat de mauve ne sent pas très bon, bien loin de la senteur divine de la mélisse qui n'a pas les mêmes effets. La mauve est réputée pour les peaux sèches, fragiles et matures notamment. Infusée, la mauve donne une couleur violine aux préparations que n'a pas ce baume Hydra Life de Dior qui se pare d'une jolie couleur lagon. Le baume contient également de l'extrait de fleurs de camomille, idéale pour les peaux irritées.

La fragrance herbacée d'Hydra Life hydratation rescue intense est délicate, non envahissante. Le baume une fois posé ne laisse pas d'empreinte olfactive sur les doigts. Un peu difficile à saisir lorsque le pot est neuf, ce baume ne demande pas à être "chauffé", il s'applique directement sur la peau en fondant. Il en faut peu mais suffisamment pour bien recouvrir la peau du visage et du cou. Il ne sera pas forcément économique parce qu'il s'agit d'un baume, je le constate à la rapidité avec laquelle le contenu descend alors que je ne l'utilise que depuis 10 jours. 

10 jours c'est peu pour se faire une idée, suffisante en ce qui me concerne pour être satisfaite des qualités et des promesses du produit. Incontestablement la différence avec une crème faite maison et ce baume est visible en termes de protection, de senteur et d'aspect. Hydra Life hydratation rescue intense ne vise pas à réparer rides et ridules mais sa composition amène au même résultat sans les promesses habituelles qui se révèlent bien entendu des leurres. Avec Hydra Life, Dior ne s'est pas embarqué dans des promesses que la marque n'aurait pas tenu. Le produit pour basique qu'il soit présenté n'en a pas moins de belles qualités et se trouve être réparateur de fait grâce à sa composition. 

La gamme Hydra Life se complète de plusieurs laits, lotions et masques que sur le coup de coeur de l'achat je n'ai pas eu envie de tester. Rien ne dit pourtant que prochainement je ne renouvelle pas l'achat de ce baume sorbet adapté à un printemps encore très frais et d'un masque que je n'ai pas trouvé dans mon point de vente habituel qui devra en outre s'expliquer sur la différence de prix avec le fabricant, c'est bien le moins.

Je recommande.

Je suis revenue progressivement aux produits de beauté des grandes marques après une longue période de fabrication artisanale de soins à base de produits bio. Comme beaucoup d'adeptes des produits de beauté faits maison, j'ai constaté des avantages certains à fabriquer ses produits de beauté à la maison mais aussi des inconvénients qui l'ont emporté sur ma décision de repasser par la case "fabrication professionnels". Aussi est-ce un produit de beauté Dior dont je fais la rapide analyse aujourd'hui, pour la résurrection d'un blog laissé en jachère pendant une période assez longue à ce que je constate.

Posté par flacondeverre à 12:38 - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Déodorant stick à la jacinthe

Photo2101

  • 25 grammes de caprylis
  • 6 grammes d'huile végétale de ricin bio
  • 6 grammes d'huile végétale d'amande douce
  • 17 grammes d'acide stéarique
  • 2 grammes d'arrow root
  • 4 grammes de talc enrobé
  • 2 ml de complexe farnesol-lemonester
  • 17 gouttes de fragrance jacinthe

Au bain-marie, fondre l'acide stéarique dans le mélange caprylis et huiles végétales ricin et amande douce.

Lorsque l'acide stéarique a complètement fondu, mélanger vivement l'arrow-root, puis le talc. Retirer le bol du bain-marie.

Ajouter le complexe farnesol-lemonester, mélanger et ajouter enfin la fragrance.

Verser la préparation dans le stick à l'aide d'un entonnoir.

Mettre le stick au refrigérateur pendant 2 heures, puis utiliser à température ambiante.

Photo2100

Nota : On peut colorer le stick avec un mica ou de l'oxyde de couleur (faire un test de tolérance avant). Ca n'apporte rien au déodorant, ça permet simplement de le différencier si on en fait plusieurs d'avance.

[Ingrédients : Aroma Zone : caprylis, ricin, acide stéarique, arrow-root, complexe farnesol-lemonester / HV amande douce eNaissance / Talc Auchan / Fragrance Aromat'Easy - Recette Aroma Zone]

 

 

Posté par flacondeverre à 18:51 - Permalien [#]
Tags : , , ,


Fragrances Aromat'Easy

Photo2104

J'ai fait deux achats chez Aromat'Easy, fournisseur chaudement recommandé par de nombreuses cosméteuses. La fragrance "jacinthe" étant indisponible au moment de ma commande j'ai dû patienter 3 semaines pour la remise au stock. L'envoi après cela a été rapide, la réception en 3 jours.

J'aime bien la présentation en petits flaconnets à capuchon. Les gouttes descendent sans forcer, ça change des codigouttes foireux.

La fragrance "jacinthe" est surprenante, puissante, pour autant il faut chercher la jacinthe assez loin dans les effluves. Je ne l'ai pas moins utilisée à plusieurs reprises, notamment dans mon dernier déodorant stick où elle masque très efficacement l'odeur du caprilys, dégageant une très agréable senteur fleurie pas outrageusement envahissante ; on l'oublie très vite et elle ne couvre pas un parfum coûteux.

Concernant la fragrance lilas je suis déçue car même avec beaucoup d'imagination j'ai du mal à faire une association avec la délicate senteur florale naturelle. Pour le coup, en comparaison, la fragrance lilas d'Aroma Zone est tout de même plus ressemblante malheureusement j'y ai été allergique. Au final je ne compte pas renouveler d'achat fragrance lilas à moins qu'on ne me recommande un produit qui olfactivement se rapproche vraiment de la senteur lilas et ne soit pas allergène.

A noter que je n'ai fait d'allergie ni à la jacinthe, ni au lilas Aromat'Easy donc je ne m'empêcherai donc pas de tester à l'occasion de nouvelles fragrances chez ce fournisseur dont j'ai apprécié la disponibilité du service avant-vente.

 

Posté par flacondeverre à 18:36 - Permalien [#]
Tags : , ,

Lait corporel à la rose

Photo2103

 

Dans un flacon pompe de 150 ml

  • 23 ml d'huile végétale de noyaux d'abricot
  • 5,6 g de cire émulsifiante n°3 (ou 9 1/2 cuillères TAD)
  • 84 g d'eau minérale
  • 28 g d'hydrolat de rose de Damas certifié Ecocert
  • 1 grosse pointe de couteau d'oxyde minéral rose (ou 1 cuillère Dash)
  • 11 gouttes d'huile essentielle Petit grain bigarade
  • 10 gouttes de conservateur Cosgard

 

J'ai refait ce lait corporel après une allergie au macérât de vanille. Avec l'huile de noyaux d'abricot seule je n'ai fait aucune réaction donc la recette est ok même si elle peut être améliorée. En effet ce lait reste collant après plusieurs heures, je le conseille donc en application le soir.

En ce qui concerne la couleur rose, je la trouve beaucoup trop "girly" à mon goût. Je conseille vraiment une pincée/pointe de couteau ou cuillère SMIDGEN pas plus, diluée dans la phase aqueuse.

L'huile essentielle de Petit grain bigarade est par défaut, l'huile essentielle de rose étant très chère d'une part et d'autre part l'hydrolat de roses de Damas a une senteur suffisamment sucrée pour ne pas en rajouter. J'aurais peut être pu opter pour une huile essentielle de mandarine mais cela ne change rien aux bienfaits de l'hydrolat de roses.

Photo2102

[Ingrédients : Hydrolat Ressources Naturelles /  Huile végétale eNaissance / Autres Aroma Zone, Evian) - Recette Aroma Zone]

 

Posté par flacondeverre à 18:18 - - Permalien [#]
Tags : ,

Emulsion fluide au parfum de roses

Photo2090

Pour un flacon pompe de 50 ml :

  • 8 grammes d'huile de noyaux d'abricots
  • 3 grammes de cire émulsifiante n°3 Aroma Zone (soit 5 cuillères TAD rases)
  • 34 grammes d'hydrolat de roses de Damas BIO
  • 20 gouttes d'extrait hydroglycériné d'edelweiss ou 0,5 gramme d'actif
  • 5 gouttes d'huile essentielle de clémentines de Corse
  • 5 gouttes de conservateur Cosgard
  1. Au bain-marie, faire fondre la cire émulsifiante dans l'huile de noyaux d'abricot en agitant avec le mini fouet.
  2. Au bain-marie, faire chauffer l'hydrolat de rose de Damas.
  3. Lorsque le bain-marie commence à frémir, retirer les bols.
  4. Verser l'hydrolat dans le bol de phase huileuse en agitant énergiquement pendant 3 minutes avec le mini fouet pour former l'émulsion.
  5. Plonger le bol dans un bain-marie d'eau froide pour rafraîchir la préparation.
  6. Ajouter un à un le reste des ingrédients : extrait hydroglycériné (ou autre actif), huile essentielle et conservateur.
  7. Transférer l'émulsion dans le flacon pompe à l'aide d'un entonnoir adapté.
  8. Laisser travailler l'émulsion pendant 24 à 48 heures avant utilisation (facultatif mais préférable).

 

Photo2095

[Ingrédients : Hydrolat de roses de Damas bio Ressources Naturelles / Huile de noyaux d'abricots eNaissance / Flacon pompe et autres ingrédients Aroma Zone]

 

Crème de jour hamamélis et lavandin

 

Photo2088

Pour un pot de 100 ml :

  • 24 grammes d'huile végétale d'amande douce
  • 8 grammes de cire émulsifiante Olive Douceur
  • 23 grammes d'hydrolat d'hamamélis (purifiant, astringent)
  • 40 grammes d'eau minérale
  • 15 gouttes d'extrait de bourgeons de hêtre (anti-rides, hydratant)
  • 2 gouttes d'huile essentielle de lavandin (anti-inflammatoire)
  • 1 goutte de vitamine E liquide
  • 6 gouttes de fragrance au choix
  • 10 gouttes de conservateur Cosgard

Facile à faire, un soin de jour non collant à la texture fine qui laisse la peau souple, veloutée et hydratée. Je ne jure plus que par l'he de lavandin couplée à l'hydrolat d'hamamélis parfaits pour ma peau mixte.

Remarque : La crème reste en émulsion assez longtemps dans le bol. Pas de panique, complètement froide elle devient plus épaisse et transférable dans un pot.

 

Photo2089

 

[Ingrédients : Hydrolat Ressources Naturelles - Huile végétale, Huile essentielle et Vitamine E eNaissance - Actif, conservateur et cire émulsifiante Aroma Zone]

 

Posté par flacondeverre à 10:15 - - Permalien [#]
Tags : , ,

Soin de jour à la rose de Damas

Photo2084

Pour un pot de 50 ml :

  • 7 g d'huile d'amande douce
  • 3,6 g de cire émulsifiante n°3 (soit 6 x cuillère doseuse TAD rase Aroma Zone)
  • 6.7 g de macérât hydroglycériné de mauves bio (fleurs et feuilles)
  • 16 g d'hydrolat de roses de Damas
  • 11 g d'eau de source
  • Extrait hydroglycériné d'edelweiss : 12 gouttes
  • Couleur : Oxyde minéral rose 1 x cuillère DROP (facultatif)
  • Huile essentielle d'ylang-ylang III : 3 gouttes
  • Conservateur : Extrait de pépins de pamplemousse bio 8 gouttes

 

  1. Dans un bol, mélanger l'huile, le macérât de mauves et la cire émulsifiante. Fondre la phase huileuse à basse température (30 au micro-ondes).
  2. Dans un bol, mélanger l'hydrolat de roses de Damas, l'oxyde minéral rose et l'eau de source. Chauffer la phase aqueuse à basse température (30 au micro-ondes).
  3. Battre la phase huileuse pendant 3 minutes au mini-fouet.
  4. Incorporer toute la phase aqueuse et battre au mini-fouet.
  5. Poser le bol dans un bain-marie d'eau bien fraîche. La crème commence à figer en refroidissant.
  6. Incorporer l'un après l'autre l'extrait hydroglycériné d'edelweiss, l'huile essentielle d'ylang-ylang III et le conservateur en mélangeant bien entre chaque ajout.

La crème étant fin prête peut être transférée à l'aide d'une mini spatule dans son pot désinfecté au préalable. Attendre que le pot soit entièrement froid avant d'utiliser le soin.

Photo2085

Remarques :

- Composition basée sur une recette Aroma Zone.

- Réalisation possible en one-pot au bain marie, sous condition que tous les ingrédients soient à température ambiante.

- On peut utiliser l'extrait hydroglycériné à la mauve bio tout fait ou préparer un macérât hydroglycériné de mauves bio entières. Dans le 2ème cas l'oxyde minéral rose n'apporte rien la couleur rose étant obtenue par le mélange du macérât et du conservateur extrait de pépins de pamplemousse. Par ailleurs, même pilé au mortier l'oxyde minéral rose est particulièrement difficile à stabiliser en poudre, je conseille donc de le diluer dans la phase aqueuse.

 

[Ingrédients : Huile d'amande douce eNaissance - Macérât hydroglycériné de mauves home made - Mauves bio Biocoop - Hydrolat de roses de Damas Ressources Naturelles - Cire émulsifiante, extrait hydroglycériné d'edelweiss, huile essentielle ylang-ylang, oxyde rose et conservateur EPP Aroma Zone]

 

 

 

 

 

 

Posté par flacondeverre à 11:34 - - Permalien [#]
Tags : ,